Souvenirs de scolarité

En reparlant de la flûte à bec, je me suis souvenue de mes années au collège (12 à 15 ans) et des devoirs et autres exercices que l’on avait à faire à la maison. Souvent, les problèmes de math devenaient de vrais problèmes familiaux. On s’arrachait les cheveux pour comprendre le sens et surtout trouver la réponse. Cela n’était plus seulement une question d’apprentissage, mais cela devenait une question d’honneur familial!

Certains étaient très coriaces! Et comme les méthodes des fractions et autres règles de trois avaient changé entre ma génération et celle de mes parents, il était parfois difficile de tous se comprendre.

Je me souviens d’un problème de math avec une histoire de remplissage de baignoire qui se vidait en même temps mais pas à la même vitesse… Incapable de réfléchir et de comprendre ce maudit problème, j’avais dû faire appel à un ami : MON PÈRE (ma mère étant ma référence pour les matières plus littéraires, était aussi perdue que moi dans les histoires de baignoire). Oui mais voilà que mon cher papa, lui même, ne trouvait pas la réponse… Il a donc lui aussi décidé de faire appel à un ami : SON PÈRE!
3 générations ont donc planché ce soir-là sur un problème de remplissage de baignoire!

Mon père lisait le problème au téléphone à mon grand-père qui prenait des notes. Mon grand-père réfléchissait et tentait d’expliquer à mon père. Moi j’écoutais avec le haut-parleur du téléphone… mais j’étais complètement perdue car la méthode expliquée dans les années 90 différait quelque peu de celle de mon grand-père…

Ma mère devenait alors notre plus fidèle supportrice. Elle s’occupait de la logistique. “on fait une pause et on va manger. Pendant ce temps papy réfléchit et on le rappelle dans 30 minutes.”

La solidarité familiale était déployée et pas à peu près! Certains soirs (car les problèmes de baignoire étaient fréquents) ce sont mes deux grands-pères qui étaient consultés!

Nous ne sommes pas toujours ressortis vainqueurs de ces moments de doute, mais moi je  garde un merveilleux souvenirs de cette entraide familiale qui nous animait. Certains soirs, ma mère avait tellement pitié de moi, qu’elle m’envoyait me coucher (vue l’heure tardive) avant la résolution du problème, me convaincant que la réponse serait sur la table du déjeuner le lendemain… (ou au pire une note dans mon carnet de correspondance à l’attention de la prof de math).

Je n’ai pas hâte de revoir apparaître les problèmes de baignoires avec mes enfants… Je pense que je m’occuperai de la logistique et que leur père s’arrachera les cheveux (si tant est qu’il en ait encore! hihihihi, je peux dire ce que je veux, Ju ne lit pas mon blog!)…

Et au final, c’est un ami qu’on appellera : MON PÈRE! Papy PJ prépare toi à reprendre le cours des problèmes de mathématiques à la sauce canadienne!  Va savoir ce qu’ils peuvent inventer ici!  Sachant que les flocons de neiges ondent à moitié avant de tomber, combien de cm de neige seront accumulés en 2 heures et 34 minutes ? ;0)

Conclusion : ayez toujours un plombier proche de vous pour résoudre les problèmes de math!

Énigme du jour  : Dans une course cycliste, vous doublez le second, en quelle position vous retrouvez-vous  ?

Mel pas math pantoute!

Advertisements
This entry was posted in Souvenirs and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

9 Responses to Souvenirs de scolarité

  1. elPadawan says:

    Ma mère étant prof de maths, pour éviter les accusations de favoritisme à l’école, je me suis toujours retrouvé seul pour mes exercices. Pas d’appel à un ami. Enfin jai survécu, et ça n’a pas suffit à me dégoûter des maths.
    Pour la baignoire, c’est facile. On appuie sur le bouchon pour la refermer, on mets du bain moussant, et le problème est réglé :).
    Pour l’énigme… euh… deuxième?

    • melgatt says:

      Ah pas facile effectivement le favoritisme. Ma mère étant enseignante en maternelle, y avait pas vraiment de conflit sur le coloriage! ;0)

      Bravo pour l’énigme!

  2. mamy gatt says:

    Et si je dis second !!!je gagne quoi ,,,,,,,,,,,,,une bicyclette ou le droit de rejouer ????,bisous

  3. melgatt says:

    Bravo Mamie! Tu gagnes le droit de poser une autre énigme!

  4. Yannick says:

    Le coloriage !!!…. Comme si on ne faisait que ça en maternelle ! Je sais bien que notre ancien ministre disait qu’on changeait les couches, mais il faut remettre les pendules à l’heure et si les têtes pensantes ont “pondu” des programmes et bien on les applique. Et c’est ainsi qu’on “s’approprie le langage”, qu’on “découvre l’écrit”, “qu”on découvre le monde”, “qu”on agit avec notre corps” et qu’on “perçoit , qu’on sent, qu’ on imagine et qu’on crée”…. On est loin du coloriage, bien qu’il soit à mon avis, indispensable à un bon apprentissage de l’écriture.
    Le coloriage, c’est un cliché (mauvais!) du métier, comme les vacances… toujours en vacances ces enseignants ! D’ailleurs, j’arrive dans moins de deux semaines et …. je t’apporterai des coloriages !
    Bisous
    La maîtresse !

  5. Julie says:

    C’est bien la peine de me niaiser sur mes problèmes avec les chiffres !!!! :-). Moi j’avais pas cette solidarité familiale, j’ai une excuse hein? :-). Des bisous.

  6. marielle says:

    Je ne savais pas que ta maman était (est!?) institutrice et ton papa plombier TOUT COMME MES PARENTS … c’est sûrement pour cela que je sens qu’on à BEAUCOUP de choses en commun!!!
    J’adore l’option du bain moussant de elPadawan!!!
    Ca m’a rappelé de (pas toujours) bon souvenirs : ma mère instit, ma grand-mère prof de math, mon grand père instit… bref, toute une tribu à ma rescousse pour les devoirs, mais aussi des exercices supplémentaires, des cahiers de vacances a n’en plus finir, et des comparaisons avec ma cousine et ma soeur ainée (bien plus fortes que moi en math, hihi). Au final : je suis NULLE en maths (blocage complet, rires!) et ne m’en porte pas si mal (vive la calculette … tu vois Mel, la modernité à parfois des avantages indéniables!!!) Bisous. Marielle

    • melgatt says:

      Maman est instit et papa plombier virtuel! Il répare juste les baignoires dans les problèmes de math! ;0)
      Dans son ancienne vie parisienne, il était chaudronnier-plasturgiste. lol
      Dans sa nouvelle vie sudiste, il écrit des articles pour un magazine de MAC/apple. ;0)

      Oh oui vive la calculatrice! J,ai pas hâte de revoir les tables de multiplication et les fractions réapparaître!

  7. Pingback: 2011 sur ce blog… | Ma vie au Canada

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s