Réseau, pas piston!

Dernièrement, je discutais avec une nouvelle immigrante qui cherchait une job à Montréal dans le domaine culturel. Je lui expliquais alors que le secret c’était le réseau. Il faut se faire connaître dans le milieu pour ensuite trouver les offres d’emplois qui ne paraissent jamais dans les journaux.

Il y a 5 ans, alors que je cherchais un emploi à Montréal dans le domaine culturel, je me suis aperçue de la force de ce réseau. La force si on est dedans, le frein si on est à l’extérieur. Pas moyen d’avoir un emploi sans être référé par quelqu’un ou au moins d’avoir eu l’information par quelqu’un de ce même réseau.

Montréal et Québec n’ont pas voulu de moi lorsque j’ai postulé à des postes culturels. Ottawa m’a accueilli à bras ouverts et ce fut le début d’une longue et belle aventure de réseau. J’appartenais à un réseau professionnel, celui de la culture francophone hors québec. Pas un gros réseau, mais assez pour placer son monde!

Julien a pu profiter de mon appartenance à ce réseau, il a trouvé une job dans un théâtre francophone. Ensuite il a parcouru son bout de chemin dans ce réseau. Devenant lui aussi le référant de 2 à 3 amis.

Julie nous est arrivée de France ensuite, et elle aussi a pu profiter de notre réseau et se trouver une belle place.

Et puis mon tour est arrivé, j’ai quitté mon ancien emploi et la force du réseau a joué pour moi cette fois-ci, j’ai obtenu une très belle job dans le même milieu.

Dans quelques années, je changerai probablement de milieu professionnel… il faudra que je trouve une entrée dans un nouveau réseau pour obtenir les offres d’emplois.

Tout est donc réseau, mais pas PISTON! Ici on réfère, mais on ne pistonne pas. Pas question de prendre une personne qui ne convient pas simplement parce qu’on connaît quelqu’un qui la connaît… etc

Il y a un grand sentiment de justice. À valeur égale, on prendra la personne référée, oui.

J’aime cette façon de procéder pour cette justice. En revanche, je trouve cela parfois compliqué pour les nouveaux arrivants qui ne connaissent pas cette façon de faire.

J’étais habituée, en France, à aller sur le site de l’ANPE (Agence nationale pour l’emploi) et  voir toutes les offres regroupées. Ici, il faut aller sur le site des entreprises pour voir les offres d’emploi. Cela force un intérêt et un travail de recherche de la part de celui qui veut un emploi. J’aime. Mais il lui faudra une aide pour comprendre ce système.

Voilà ma réflexion du jour.

PS : je souhaite un joyeux anniversaire à Auriane et à Charlotte, deux personnes qui ne sont très chères.

Advertisements
This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s